les histoires de Lala

ici ou la bas… les histoires de Lala

 
  • Accueil
  • > mes recettes de cuisine (et ses ratages)

Jeudi 16 décembre: Plus que 9 jours avant Noël!!! 16 décembre, 2010

Classé dans : calendrier de l'avent,mes recettes de cuisine (et ses ratages) — vanessalala @ 10:02

Aujourd’hui pour patienter je vous envoie une petite douceur sucrée qui nous arrive tout droit d’Italie: Le Panettone… C’est une brioche fourrée de raisins secs, de fruits confits et de zestes d’agrumes et c’est une tradition de Noël en Italie… Mais le Panettone étant un peu sec, voici une jolie déclinaison, découverte hier soir dans un fabuleux resto italien d’Aix en Provence (que je ne citerais pas car il n’y a que très peu de place et parce que c’est notre resto à nous!)… Le pain perdu de panettone…

panettone1.jpg

la recette est simple comme pour le pain perdu, sauf que comme c’est Noël il y a des petits plus! Vous trempez votre tranche de Panettone dans un lait de poule (oeuf, lait, rhum, sucre et cannelle) bien chaud et monté au fouet, vous la faites ensuite revenir dans une poèle avec un mélange huile/beurre, vous laissez dorer et vous servez votre pain perdu de panettone encore chaud avec un peu de chantilly ou de glace vanille, ou les deux si vous êtes très gourmand, c’est tout simplement fabuleux!!! 

C’est une explosion de saveur, du Christmas à l’italienne qui fond en bouche, une jolie façon de patienter et de découvrir les spécialités de Noël de nos voisins. A décliner aussi pourquoi pas en petites portions sur un café gourmand, cela sera du plus bel effet!

Noël dans la rue, Noël dans nos coeurs, Noël dans l’assiette!

 

 
  • Accueil
  • > mes recettes de cuisine (et ses ratages)

Jeudi 9 décembre: 9ème jour du calendrier de l’avent 9 décembre, 2010

Classé dans : calendrier de l'avent,mes recettes de cuisine (et ses ratages) — vanessalala @ 23:46

Aujourd’hui je voudrais dédier ma 9ème petite fenêtre à toutes celles et ceux qui résistent encore à la tentation du traiteur, à l’appel du sous vide et du déja tout prêt pendant les fêtes, un hommage à tous les cuisiners et les cuisinières des fêtes! 

CAR IL FAUT CUISINER A NOEL, et le faire si possible en famille… cuisiner son repas de Noël, c’est perpétuer la tradition, c’est faire un premier cadeau dans l’assiette, c’est partager, c’est nourrir sa famille en faisant quelque chose d’exceptionnel. Et attention exceptionnel ne veut pas dire compliqué!  Les meilleurs plats sont les plus simples, ceux qui se transmettent de génération en génération, il n’y a rien de mieux que la tradition. Le petit truc que l’on fait et que l’on refait d’une année sur l’autre et qui est « le »truc de famille…

Et j’en connais déjà qui vont me dire « ouiiiiiiiii mais moi je bosse j’ai pas le temps ». J’entends, j’entends…. Et  je me souviens très bien d’une chronique radio avec ma copine Laurette (www.lacuisineselonmarthe.com) où nous étions parties du principe qu’on était des working girls et qu’on ne pouvait passer 5heures a cuisiner, et ce malgré tout l’amour que l’on porte à notre famille. Le résultat était canon!

Quelques idées? la crème brulée de fois gras! (recette de Christophe François du resto les chants d’avril à Nantes mais adaptée à ma façon avec plus ou moins de réussite selon le blender utilisé…. c’est une joke du 31 decembre Julien et Arnaud comprendront… ) une tuerie… simple, facile, prête en un rien de temps, efficace, pour un résultat vraiment canon!

 

acturepasnoelpermanent.gif
CREME BRULEE DE FOIS GRAS pour 4 personnes: 

- 100g de foie gras (cru, mi cuit, peu importe, pas besoin d’en prendre un tres cher)

- 2 jaunes d’oeufs

- 20 cl de creme liquide

-  cassonnade

- sel poivre

Mettre la creme liquide dans une casserole, quand elle commence à chauffer mettre le fois gras préalablement découpé, mélanger, ajouter sel et poivre, puis quand la creme est bien chaude, passer le tout au blender et rajouter ensuite les deux jaunes, bien mélanger, répartir dans des petits ramequins a creme brulée, mettre au bain marie environ 10 min, au dernier moment ajoutez de la cassonnade et faire dorer soit au chalumeau ou sous le grill de votre four

J’aime les servir tièdes avec une tranche de fois gras mi cuit et du pain d’epices… Petit conseil, ne prévoyez pas de trop grosses quantités c’est vite écoeurant!

 

Autre recette? des mini tourtes de boudins blancs…. encore plus facile!

Il vous faut de la pate feuilletée, du boudin blanc, des pommes et du beurre

Etalez la pate feuilletée dans des mini moules, faites revenir un peu (mais pas trop) vos pommes en quartier dans le beurre, mettez les pommes au fond du moule sur la pate feuilletée, puis du boudin (lui aussi revenu dans la poele en tranches), remettez une pate feuilletée dessus pour faire une tourte, un coup de pinceau de jaune d’oeuf et hop au four pour 15 min, ça vous fait une super entrée avec une salade de roquette par exemple. Vous pouvez rajouter un peu de foie gras avec les pommes et le boudin pour faire plus Noël…

Pour moi il n’y a pas de Noël sans dinde (et j’adore la faire à tous les degrés!), pensez a l’accompagner avec des légumes anciens par exemple (la purée de panais est tout simplement idéale avec), soignez aussi votre plateau de fromages grace aux conseils d’un fromager (moins de fromages mais des bons!), et pour le dessert si vous hésitez encore, faites un dessert gourmand avec 3 petits desserts… et justement voici une recette de fondant au chocolat, rapide et super efficace que je tiens de mon adorable belle soeur Agnès qui elle même la tient de sa copine Carine (autant dire qu’on l’a testée et qu’a chaque fois c’est le même succès, mieux qu’Uncle Ben’s)

LE FONDANT AU CHOCOLAT QU’ON REUSSIT A CHAQUE FOIS

Il vous faut pour 6 personnes (ou 10 minis en moules a muffins)
- 125 grammes de beurre

- 200g de chocolat noir (une tablette de choc à patisserie)

- 120 grammes de sucre en poudre

- 3 oeufs

- 40 grammes de farine
Préchauffez votre four a 270° (ou thermostat 9)

faire fondre le beurre, faire fondre le chocolat (perso je fais tout au micro ondes), mélanger le beurre avec le sucre, ajouter le chocolat fondu. Ajouter les 3 oeufs puis la farine

Mettre dans un plat a tarte (avec papier sulfurisé) ou dans des moules en silicones individuels (mieux pour le café gourmand) et enfournez pour 7 MINUTES SEULEMENT

laissez refroidir au moins 2heures et démoulez!

Ce ne sont que des idées, mais vous voyez que c’est assez simple au final…. La cuisine étant avant tout le partage, j’ai fait le choix de partager ces recettes avec vous, et vous, vous venez partager aussi vos recettes de Noël? qu’allez vous faire cette année? quelle est la recette que vous réussissez à chaque fois? quelle est celle de votre grand-mère?J’attends vos trésors avec impatience!!!

Et je voudrais particulièrement dédier cette chronique à ma copine Laurette, une cuisinière hors pair, dont la simplicité se marie à merveille avec son coté barré, qui n’a jamais peur d’oser, et qui aime surtout faire comme avant! avant quand on cuisinait, mais avec nos rythmes de working girls d’aujourd’hui… Parce qu’il n’y a pas de secret les filles, pour garder son homme, le secret est (aussi) dans l’assiette!

 

 
  • Accueil
  • > mes recettes de cuisine (et ses ratages)

Faut se les farcir! 5 juin, 2008

Classé dans : mes recettes de cuisine (et ses ratages) — vanessalala @ 18:29

je parle des TOMATES! les fameuses tomates farcies, un grand classique culinaire qui se transmet généralement de mère en fille. sauf que moi  je ne voulais surtout pas que ma mère me transmette ça! J’ai en effet un souvenir atroce des tomates farcies de ma maman et je me suis bien gardée de lui demander comment elle les faisait. même si je sais. Enfin à peu près. c’est un peu comme pour « la crèpe au suc » dans les Bronzés font du ski. « z’avez de la pâte? z’avez du suc’? alors vous pouvez me faire une crèpe au suc’ ». Dans tomates farcies il y a tomates et il y a… farcies. logique. et je me souviens donc des tomates farcies de ma maman ou elle fourrait sauvagement de la chair a saucisse dans une tomate avant de la mettre au four. ça faisait plein de jus, c’etait gras et pas bon. Et moi  je faisais une crise incroyable a chaque fois qu’elle nous en servait. je ne voulais surtout pas en manger, j’en avais des hauts-le-coeur. et les tomates farcies etaient alors devenues une source d’angoisse.

tomatesfarcies.jpg

Et puis vient le jour où l’on quitte le domicile familial, c’est dur au début mais d’un point de vue nutritionnel c’est une délivrance car on peut manger ce qu’on veut. et surtout ne pas manger ce qu’on veut. J’etais donc libre de ne pas manger de tomates farcies… j’avais passé pratiquement 10 ans de ma vie à les eviter, chez maman, chez mamie, dans les restos, chez les copains… jusqu’au jour où Hélène J, la reine de la cuisine à Aigrefeuille sur Maine nous a fait des tomates farcies un soir à diner. mon coeur a commencé à s’emballer quand j’ai vu le plat arriver, j’avais les mains moites et je ne savais comment éviter mon tour. Ca ne se fait pas de dire « j’aime pas ça » quand on est invités. et je me revoyais alors petite me boucher le nez et prendre un grand verre d’eau pour avaler chaque bouchée des tomates farcies de ma maman. un calvaire!!! et j’ai fais la Vanessa polie. et je me suis servie. et j’ai gouté et… j’ai aimé. je vous jure que c’est vrai. Hélène J. d’Aigrefeuille sur Maine (même si à l’époque c’etait à Vallet) venait de me réconcilier avec les tomates farcies! je n’en revenais pas. je ne sais même pas si je l’ai dis à ma maman… mais attention il ne fallait pas crier victoire trop vite. il me fallait une deuxième experience. que j’ai vécu avec un amateur de tomates farcies (sa maman doit les faire très très bien, elle!) et à la sempiternelle question « qu’est ce qu’on mange ce soir » il m’a répondu un jour  »des tomates farcies, j’adore ça! » damned, j’etais foutue! Hélène J. n’etant pas traiteur a domicile, j’ai du m’organiser. Hors de question de les faire moi même, je n’avais comme repère que le modèle familial, c’eut été une catastrophe… c’est un copain Picard qui m’a d’abord dépanné. « sortir les tomates de la boite, les mettre dans un plat allant au four, faire cuire 45 min ». Experience surgelée peu satisfaisante (et c’est important pourtant de satisfaire son homme non?)… jusqu’a ce que je repose hier la question fatidique (qu’il ne faut pas poser les filles!) Le couperet est tombé. il voulait des tomates farcies! Qu’a cela ne tienne, je suis quand même capable de faire aussi bien qu’Hélène J quand même! ou je peux au moins essayer. me voila pleine de bonne volonté, un tour sur marmiton, un coup d’oeil au cas ou chez supertoinette et un coup de main de Claudie via msn. je devais m’en sortir. mon panier sous le bras, je me suis retrouvée face au boucher qui m’a finalement vendu de la farce toute prête (alors que Didie m’avait pourtant bien expliqué qu’il fallait prendre de la chair à saucisses, mettre de l’oignon, de l’ail, du persil…) soit disant un truc de malade à base de porc, de boeuf, d’agneau et de tous les condiments et épices necessaires. genial! une fois à la maison, je me suis demandée s’il fallait d’abord faire cuire la farce ou la mettre crue dans mes tomates. personne ne pouvant répondre à ma question existentielle, je l’ai mise crue. ça sentait hyper bon, j’avais mis du riz dans le plat pour que ça absorbe le jus, ça avait l’air bien parti. mais c’etait long, hyper long, trop long même à cuire. L’homme qui a faim s’impatiente facilement, et alors que j’aurais bien laissé mon plat quelques minutes de plus dans le four, je l’ai sorti attendant le verdict de mon amateur de tomates farcies. En guise de compliments j’ai eu droit à un interrogatoire « t’as mis quoi dedans? » « c’est toi qui a fait la farce? » « pourquoi y’a pas de jus? » « pourquoi le riz il est dur? » « t’es sure que… «  STOOOP!!!! tu aimes ou pas? C’etait juste ce que je voulais savoir. et là… il me répond « ouais c’est pas mal… » en  même temps je le savais que c’etait pas les tomates d’Hélène, mais c’était pas non plus les tomates de ma mère, vous voyez? mi figue mi raisin le résultat. ou mi chèvre mi chou (je prefère cette expression la!)

1sgfxe0p1.jpg

et ce matin, je vois ma copine Laure à la radio. rapido que je vous explique. Laure je l’ai rencontrée à la radio, elle fait des ateliers de cuisine (la cuisine selon Marthe à Treillières), avec elle j’ai enregistré plein de chroniques super sympas sur la bouffe, j’aurais même adoré en faire plus mais c’est pas moi la chef (pour ne pas en dire plus!!!) et donc ce matin, on se voit, je lui parle de mon semi echec avec les tomates farcies et comme Laure a toujours le don pour parler de cuisine avec des mots tres simples, elle m’a donné plein de conseils et surtout elle m’a dit de ne pas rester sur un echec. si je l’avais ecouté j’aurais du en refaire ce soir. faut peut etre pas abuser! je te rappelle Laure qu’a la base, chromosomiquement parlant je déteste les tomates farcies! mais promis, très bientot je renfile mon tablier et je retente l’experience!

Pour ce soir, j’ai tout misé sur une salade de riz! jsuis sure de la réussir!!!

 

PS: remerciements à:

- ma maman qui malgré ses tomates farcies inmangeables sait quand même faire des trucs super bons!

- Claudie et ses conseils express sur MSN

- Laure ma coach avec qui c’est toujours un plaisir de bosser, de papoter ou de siffler un muscadet

- marmiton et supertoinette toujours dans les favoris

- Hélène J d’Aigrefeuille sur Maine hors concours tellement elle cuisine bien

 

 

 

 

 

 
 

JOURNAL D'UNE PUTE SOUMISE |
Petit Rayon de Soleil Colom... |
wwwfelicieh |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | L'Univers d'un Naevus
| Tales of Bakayaël
| Mon spectacle de vie